Échos des entreprises

Hutchinson - Châlette-sur-Loing (Loiret) :  Les travailleurs veulent leur part

Echo d'entreprise
12/02/2022

Le 10 février, les travailleurs du groupe Hutchinson étaient appelés par les syndicats à faire grève. Dans toutes les usines, les travailleurs ont été nombreux à répondre présent. Ils ont été plus de 200 à débrayer à l’usine de Châlette pour exprimer leur mécontentement au vu des miettes qu’avait proposées la direction à la première réunion NAO : 2 % pour les salaires en-dessous de 2500 euros et zéro pour les autres. Contents de se retrouver aussi nombreux à faire la tournée des ateliers, qui pour certains étaient beaucoup moins bruyants puisque les machines ne tournaient pas.

« Les salaires au SMIC pour les plus jeunes, à peine plus pour les plus anciens, le 10 c’est la fin du mois et impossible de payer toutes les factures et les crédits. On travaille durement et on n’y arrive plus ». Les grévistes étaient d’autant plus remontés que Total, dont Hutchinson fait partie, venait d’annoncer ses 15 milliards de profits et qu’ils sont bien conscients que c’est grâce à leur travail que ces requins s’enrichissent. La goutte d’eau qui fait déborder le vase, c’est le refus d’Hutchinson de verser la prime de 550 euros que tous les salariés de Total ont eue.

En fin d’après-midi, la direction annonçait un talon de 50 euros pour les salaires en-dessous de 2500 euros brut, et 2 % pour les autres. « Mais 50 euros, c’est même pas un plein d’essence ». Dans toutes les usines du groupe, des rendez-vous ont été pris la semaine prochaine pour organiser la suite.

CCP Marseille :  Régression

Echo d'entreprise
09/02/2022

Les enfants, ce sont nos "grands" dirigeants !

Même à l’école maternelle, les méthodes ont très largement évolué et tendent à ne pas infantiliser nos bambins.

Mais chez nous, c’est l’inverse. L’infantilisation est à l’ordre du jour et c’est tout juste si l’on ne nous distribue pas des hochets et des sucettes.

Merci !

CCP Marseille :  Hors champ

Echo d'entreprise
09/02/2022

Je suis hors de MOI.

Plus l’on s’approche de la finalisation de l’accord télétravail, plus la direction en recadre les contours : pas plus de deux jours consécutifs, des horaires préétablis...

Bref tout est passé au crible pour nous maintenir dans un cadre de plus en plus exigu !

Alors pour garder un peu de marge mieux vaut que ce soit nous qui la recadrions.

Airbus :  Don d'ubiquité

Echo d'entreprise
09/02/2022

Bon pour une médaille aux jeux olympiques...

Quand on est gardien, on doit souvent courir du parking visiteurs à l’accueil, puis aux accès fournisseurs...

Alors au moindre bug de la barrière, c’est des tâches supplémentaires qui se rajoutent.

Le don d’ubiquité, être partout à la fois, ça existe peut-être dans les contes de fées mais pas dans la réalité.

Airbus :  Parking maudit

Echo d'entreprise
09/02/2022

Interdit !

Quand on est sous-traitant que doit-on faire quand tous les parkings –Engelvin, P4, P5- sont pleins dès le matin ?

Rentrer chez soi ?

Se débrouiller comme on peut ?

Et comment s’en sortir lorsqu’on est obligé d’attendre dans sa voiture que la barrière s’ouvre en fin de journée ?

De ce casse-tête, on en a ras-le-bol.

Société de Distribution de Chaleur de Chambéry :  La grève pour les salaires continue

Echo d'entreprise
01/02/2022

Depuis le 25 janvier, tous les techniciens de la SCDC de la zone industrielle de Bissy qui assurent la maintenance du réseau alimentant en chauffage des entreprises, les hôpitaux, des écoles et des particuliers, ont engagé le combat pour obtenir une augmentation collective des salaires. L’an passé, une prime de 1000 euros avait été arrachée après deux jours de grève. Mais chacun a conscience que c’est chaque mois sur la fiche de paie qu’il faut que ça change. Et pas qu’un peu !

Pour le moment, la direction, sous la pression d’Engie, reste sourde. Pas de quoi entamer la combativité de ces travailleurs qui posent, dans la lutte, le problème de tous les salariés, celui d’une augmentation massive des salaires.

Naval Group, Lorient :  Tout bénef pour Naval Group

Echo d'entreprise
01/02/2022

Revoilà Florence Parly à Lorient. Elle est revenue le 13 janvier pour signer un contrat avec son homologue grec. Décidément, elle va finir par demander sa mutation ici.

En tout cas, il est clair que les ministres de la défense sont de véritables VRP de l’armement, sauf qu’ils sont rémunérés par le contribuable, c’est-à-dire nous.

Cooperl, Lamballe :  On n’a pas envie d’être enfumé !

Echo d'entreprise
01/02/2022

Comme cadeau de Noël, la Cooperl vient de s’offrir deux sites du groupe Aoste spécialisés dans le saucisson.

Dans le même temps, la prime de 500 euros passe aux oubliettes pour l’ensemble des salariés.

Y aurait-il une relation de cause à effet ?

SNCF Bretagne :  Société Nationale du Chaos Ferroviaire

Echo d'entreprise
01/02/2022

La direction met tout sur le dos de la pandémie pour justifier la désorganisation de la programmation. Ils font mine de découvrir le manque d’effectif.

Mais si les arrêts maladie sèment un tel chaos, c’est qu’il n’y a plus personne pour remplacer les absents.

La pandémie offre à la direction un prétexte commode pour faire oublier que c’est elle qui a supprimé les milliers de postes qui manquent aujourd’hui.

CHU Pontchaillou, Rennes :  Cachez cette réalité que je ne saurais voir

Echo d'entreprise
01/02/2022

Les différents témoignages d’hospitaliers dénonçant ce qu’ils vivent à l’hôpital ne plaisent pas à la direction.

Elle cherche à faire pression sur ceux qui parlent à la presse au nom « du devoir de réserve ».

Que la réalité soit connue la gêne visiblement, nous, c’est cette réalité qui nous choque !