Medtronic Pont de Claix (agglomération de Grenoble)

200 euros pour tous !... le mouvement se poursuit

Brève
04/05/2022

Les 140 travailleurs de Medtronic sur le site de Pont de Claix étaient en grève mardi 3 mai, comme ils le sont un jour par mois depuis janvier. Ils exigent une augmentation mensuelle de 200 euros pour tous et une prime de 1500 euros. Mais comme le temps est venu des négociations annuelles sur les salaires, ils n’abandonnent pas ces revendications mais examinent les propositions, bien chiche, de la direction. Pour le moment, celle-ci propose 3,5 % d’augmentation (2,8 % d’augmentation générale et 0,7 % en individuel). Et une prime minuscule en plus, dégressive au bout d’un jour d’absence par mois du salarié. Face aux arguments des travailleurs sur l’inflation qui court, elle répond « si vous voulez des augmentations, achetez des actions » et « nous ne sommes pas là pour suppléer à l’inflation » !

En assemblée générale, les travailleurs ont voté la poursuite du mouvement après ces négociations. C’est la seule façon de rembarrer la morgue patronale.

Réseau de Transport d’Électricité - La Boisse (Ain)

La tension monte sur les salaires

Brève
28/04/2022

Réseau de Transport d’Électricité - La Boisse – Ain

La tension monte sur les salaires

     Depuis plusieurs semaines, un mouvement de débrayages mobilise les agents de maintenance de RTE. Ces travailleurs assurent la surveillance des appareils et des lignes haute-tension. Très souvent en déplacement, ils voient les bénéfices de l’entreprise augmenter mais pas la paie. Parti des centres techniques de l’ouest de la France, le mouvement s’est étendu aux agents du groupe de maintenance réseau (GMR) lyonnais, qui réclament que l’inflation soit compensée par l’augmentation des salaires.

     Ils se retrouvent chaque midi sur le piquet de grève, ce qui rend les départs en chantier difficiles voire impossibles et retarde les travaux de réparation. La direction fait le dos rond. Pour elle, la maintenance du réseau passe après les salariés. Il faudra sans doute que le mouvement s’étende encore pour la faire changer d’attitude mais déjà, la présence de nombreux jeunes embauchés dans ce mouvement lui annonce des lendemains agités.

1er mai

Manifestons nombreux le 1er mai, journée internationale de lutte des travailleurs !

Brève
28/04/2022

Manifestons nombreux le 1er mai, journée internationale de lutte des travailleurs !

            Le grand patronat et ses serviteurs se préparent à redoubler leurs coups pour faire payer aux travailleurs l’aggravation de la crise, pendant que la guerre en Ukraine et la course à l’armement font peser le risque d’une guerre généralisée.

            Il faut affirmer l’unité de tous les travailleurs, par-delà les frontières, et dire que, pour éviter la catastrophe, exproprier les capitalistes et réorganiser l’économie sous le contrôle des travailleurs est une urgence.

Lyon : 10h30 place Jean Macé

Grenoble : 10h gare SNCF

Saint-Étienne : 10h Bourse du travail

Valence : 10h devant la gare

 

Grenoble

Des gardes à vue abusives

Brève
26/04/2022

Lundi 25 avril, 4 lycéens et étudiants ont été placés en garde à vue en raison d’une plainte de militants du Parti Républicain membres du syndicat réactionnaire UNI, suite à une bagarre qui les auraient opposés.

Ces jeunes, mobilisés entre les deux tours contre les idées réactionnaires des candidats, ont été arrêtés, à 7h du matin, à leur domicile, avec des effectifs policiers imposants.

Deux rassemblements à l’appel d’une trentaine d’associations, syndicats ou partis politiques se sont organisés dans la foulée pour exiger leur libération… Mardi, devant le commissariat, une centaine de manifestants scandaient « militer n’est pas un crime, relaxe, relaxe, pour les 4 de Grenoble », ou chantaient « … pour défendre l’éducation, et contre la répression…même si la police ne veut pas nous on est là ».  Des policiers ont alors jeté un seau d’eau de leurs fenêtres … et un a crié « au boulot les fainéants ! ». 

Finalement les quatre jeunes ont été libérés après 39h de garde à vue.

Et dire que Macron, réélu la veille, serait selon les dires de certains, le garant de nos libertés et de la démocratie. Les jeunes étudiants ont pu s'en rendre compte dès le lendemain.

Expulsion d'Ali

Recul de la préfecture du Puy-de-Dôme

Brève
26/04/2022

Vendredi 15 avril dernier, plusieurs centaines de lycéens et d'enseignants du lycée Pierre-Joseph Bonté à Riom (63) se sont massés devant leur lycée pour soutenir Ali, un élève de 19 ans, en 2e année du CAP charpente. Une pétition de soutien a recueilli de son côté 5 000 signatures en 3 jours. Le garçon d'origine ivoirienne s'est vu refuser un titre de séjour par la préfecture du Puy-de-Dôme et a reçu une Obligation de quitter le territoire français.

L'ampleur des réactions à cette violente et odieuse décision a finalement contraint le préfet à renoncer à l'expulsion d'Ali et à lui accorder un droit de séjour. Un droit qui devrait aller de soi et être accordé, comme aux Ukrainiens, à tous ceux qui en font la demande.