Allenjoie (Doubs)

Réservoirs pour pomper les subventions

Brève
15/06/2023

Récemment des élus régionaux et les syndicats ce sont inquiétés dans la presse « du brouillard qui entoure la nouvelle usine Faurecia 4.0 d'Allenjoie » dans le Doubs. Qu'en est-il de l'activité hydrogène qui devrait remplacer l'actuelle activité système d'échappement, après extinction des moteurs thermiques ?

« On ne voit rien venir, ont laissé entendre des représentants syndicaux, il y a quelques semaines. Rappelant que cette usine de 40 millions d'€, a été construite avec le soutien d'argent public.

La direction du groupe Forvia (ex Faurécia) leur répond indirectement en indiquant dans un communiqué, que les premiers réservoirs à hydrogène sont en train d'être livrés à leurs clients. L'usine est dimensionnée, parait-il,  pour une production de 100 000 réservoirs. . 40 à 50 salariés travaillent actuellement pour cette entité.

Avec l'extinction de l’activité échappement liée à la fin des moteurs thermiques, ce sont 200 salariés qui sont menacés de perdre leurs emplois.

L'argent publique doit servir à la population pas à aider ces grandes entreprises, qui en plus licencient !

Vercel (Doubs)

Lactalis condamné pour pollution

Brève
04/06/2023

Suite à la pollution constatée dans le ruisseau du Moulin du Pré, située à Vercel dans le haut-Doubs, en janvier 2022, l’entreprise, appartenant au groupe Lactalis, s’est vu infliger ce jeudi 1er Juin une amende de 100 000 euros par le tribunal de Besançon.

En janvier 2022, des rejets provenant de la fromagerie ont pollué le ruisseau du Moulin du Pré et provoqué la mort d’une impressionnante quantité de poissons et d’autres organismes vivants. L’eau est devenue impropre à toute vie aquatique.

En 2022, Lactalis est devenu le numéro 1 français des groupes agroalimentaires. Il a devancé Danone, en engrangeant 28,3 milliards de chiffre d’affaires. Cette même année, le groupe a transformé 22,6 milliards de litres de lait en fromage, yaourt, beurre, crème…

Depuis un an er demi, Lactalys n'a pas trouvé le temps ni les moyens pour faire les travaux nécessaires pour eviter ce type de pollutions.

Toute la société est organisée en privilégiant le profit sans se préoccuper de la pollution ni de la santé publique. Le principe de précaution consisterait à éliminer le capitalisme.

Alstom Belfort

Amiante : l’État protège les empoisonneurs

Brève
23/05/2023

Le tribunal de Paris vient d’annuler la citation directe engagée depuis 2021 par des victimes de l’amiante contre quatorze anciens hauts-fonctionnaires, dirigeants d’entreprise et médecins, coupables d’avoir contribué, à retarder l’interdiction de cette substance hautement cancérigène. Pour les juges, les plaignants n’ont pas apporté suffisamment de preuves contre les personnalités visées.

Le danger de l’amiante était connu depuis 1906. De nombreux pays, dont l’Allemagne et les Etats-Unis en avaient interdits l’usage depuis des années. En France, l’amiante était devenu un produit pas cher utilisé massivement dans l’industrie. Alstom en particulier a été une des entreprises où on trouvait de l’amiante. De nombreux travailleurs en ont été malades ou en sont morts. Des plaintes ont été déposées depuis 1996 avec l’Andéva. Un non lieu a récemment été prononcé visant à protéger Alstom.

Reste que le nombre de décès par cancer dû à ce véritable poison industriel est estimé à 100 000, et que l’État français, à chaque étape de ce scandale sanitaire, s’est constamment soucié de protéger, non pas les travailleurs exposés à l’amiante, mais les patrons à la recherche du profit, quitte à empoisonner.

Belfort

Une pile pour piller l’argent public

Brève
14/05/2023

L’entreprise Inocel, créée par l’aventurier Mike Horn, qui est spécialisée par la fabrication et la commercialisation de piles à hydrogène de grande capacité, a décidé de s’implanter sur le site Alstom à Belfort. C’est dans le bâtiment dit « des Ailettes » du nom d’un ancien secteur vidé à la suite de plans de licenciements massifs.

Le maire LR de Belfort et la présidente PS de la région Bourgogne Franche-Comté ont assisté à une conférence de presse où le directeur d’Inocel a annoncé l’implantation à Belfort, promettant la création de 700 emplois d’ici 2030.

Pour l’instant, il n’y a pas un seul emploi créé, mais Inocel va recevoir immédiatement prés de 8 millions d’euros versés par la région, la ville de Belfort et toutes les collectivités locales. Au nom de l’écologie et de décarbonatation future de « l’économie », on voit plusieurs entreprises dans la région être subventionnées par les pouvoirs publics (Mc Phy, Faurécia, etc….)

L’argent coule à flots dans les poches du privé tandis que les services publics manquent de ressources

Lure (Haute-Saône)

Manifestons nombreux le 13 Mai 2023

Brève
09/05/2023

Appelée par les comités et associations de défense des services publics de plusieurs régions, et par des organisations syndicales et politiques, la manifestation prévue sera aussi l’occasion d’affirmer dans la rue, que la lutte continue contre la retraite à 64 ans rejetée par la très grande majorité des travailleurs et de la population.

Et comment ne pas être en colère face à un gouvernement qui continue de toujours réduire, dégrader, voire fermer, les services publics utiles à la population. Il ne trouve pas d’argent pour financer hôpitaux, écoles, transports publics, ou retraites ; tous les sacrifices sont imposés à la population.

A ce grand patronat, à cette minorité capitaliste qui accapare les richesses et les profits comme jamais, pas le moindre effort n’est demandé ; bien au contraire, le gouvernement est à leur service.

Pour affirmer la nécessité de combattre cette politique antiouvrière, et ce système capi-taliste qui ruine la société, Lutte ouvrière appelle à participer à la manifestation :

A LURE, samedi 13 mai, 14h30 Place du Champ de Foire (Esplanade Charles de Gaulle)