Aéroport Roissy (95)

Répression anti-syndicale

Brève
26/11/2023

Dans la zone de l'aéroport de Roissy, plusieurs salariés, délégués CGT, sont menacés de sanctions pouvant aller jusqu'au licenciement.  L'une travaille à l'hôtel Sheraton, le plus grand hôtel sitié en plein milieu de l'aéroport, un hôtel dont les chambres peuvent se payer plus d'un mois du salaire de ceux qui y travaillent. Les deux autres sont salariés de Transdev, qui assure des transports (personnel, etc.) dans la zone ou sur les pistes. Parmi eux figure Nicolas Pereira, le secrétaire de l'Union Locale CGT.

Ces syndicalistes sont menacés parce qu'ils sont combattifs, ne se laissent pas faire et appellent leurs camarades de travail à relever la tête et se défendre face aux attaques patronales. S'en prendre à eux est un moyen d'essayer de faire baisser la tête à tous les autres. C'est bien ce qu'ont compris les centaines de travailleurs et syndicalistes des autres entreprises de la zone venus les soutenir lors de l'entretien vendredi 24 novembre. Des syndicats, des partis politiques, dont Lutte Ouvrière avec Jean-Pierre Mercier sont venus également.

La direction de Transdev, prudente, a préféré remettre l'entretien à plus tard. Elle ferait mieux d'abandonner carrément, car les salariés présents sont visiblement prêts à revenir autant de fois qu'il le faudra.  

Les dernières brèves