SNCF région parisienne

Fachos patronaux

Brève
13/12/2023

Le responsable syndical de SUD rail, Erik Meyer, a été menacé par le GUD, un groupuscule fascisant. Une affiche "wanted" a été placardée sur la porte du local syndical ainsi que d'autres locaux, avec des qualificatifs tels que « anarchiste, syndicaliste d’extrême gauche, trotskyste ».

Ce syndicaliste a défendu il y a peu dans les médias l’objectif d’une grève dure sur les salaires. Les termes choisis pour le qualifier montrent que l’extrême droite est clairement dans le camp des patrons. Ils voudraient que les travailleurs ne se battent surtout pas pour leurs salaires. Au contraire, les travailleurs doivent se préparer à lutter. Et se préparer aussi à se défendre contre ces groupuscules violents, qui ont montré récemment comment ils s'en prennent aux immigrés, et sont prêts demain à s'en prendre aux syndicalistes et aux travailleurs en action.

Electricité de France

EDF va s’empiffrer… pas les salariés ni les usagers

Brève
09/12/2023

Un accord a été trouvé entre l’Etat et EDF sur le prix moyen auquel l’électricité d’origine nucléaire serait vendue : 70 € le MWh, en remplacement des 42 € de l’ARENH, le système qui se termine fin 2025. Le montant de 70 € étant en fait une moyenne à atteindre sur 15 ans, EDF pourra même choisir de vendre cette électricité bien plus cher, jusqu’à 80 €, sans être taxée, selon ce que les analystes prévoient déjà. Si c'est une victoire pour EDF, où sont passées les déclarations de la direction annonçant que les salaires vont bénéficier
de ces augmentations de prix ?

Pour les trusts, gros consommateurs d’électricité, il est évidemment hors de question d’accepter d’être soumis aux mêmes règles de tarifications de l’électricité que l’usager lambda. Au service de ces trusts, EDF a prévu de proposer des contrats long terme ou de partenariat, soumis au secret des affaires, avec des références de tarifs mondiaux situés entre 15 et 50 € le MWh selon la presse, donc même bien plus bas que les 70 € pour l’électricité d’origine nucléaire annoncés. Du coup, pour offrir ces conditions avantageuses aux plus riches, aux plus puissants, ce sont les simples usagers et donc essentiellement les travailleurs qui vont payer.

Côté consommateurs, le gouvernement a présenté l’accord avec EDF sur les prix comme gagnant-gagnant, pour EDF comme pour eux. Mais l’encre de l’accord est à peine sèche qu’EDF et le gouvernement confirment une augmentation de près de 10 % en février 2024 pour les tarifs des particuliers. Après une hausse de 15 % en février 2023, puis 10 % en août de cette année, on ne voit pas en quoi les particuliers sont gagnants. Le coût du transport « TURPE », Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité, explique aussi l’explosion du prix du kilowattheure, RTE et ENEDIS demandant au gouvernement de fortes hausses de tarif pour l’année prochaine, après celle de 7% en 2023.

La stabilisation des prix de l’électricité promise par le gouvernement est une tromperie.

Logement social (Ile de France)

Pénurie aggravée

Brève
04/12/2023

En une décennie, le nombre de personnes en attente d'un logement HLM est passé de 400 000 à près de 800 000 en Île-de-France. C'est la conséquence mécanique de l'explosion du prix des loyers et du trop faible nombre de logements construits, c'est-à-dire de la spéculation des capitalistes de l'immobilier.

Les besoins existent, les moyens de les satisfaire aussi en formant, en embauchant, en bâtissant ou rénovant, en expropriant au besoin. Mais dans cette économie du profit maximum, ce sont les bourgeois qui imposent leurs choix.

SNCF région parisienne

Train des jeux, train fantôme

Brève
04/12/2023

Après des milliers de suppressions de postes et vu le manque criant de personnel dans tous les services, La SNCF et la RATP savent pertinemment qu'elles vont au devant de la catastrophe dans les gares, les bus, les métros, en stations et dans les trains au moment des congés d'été, mais surtout des jeux olympiques. Il faut dire que c'est déjà la cata en temps normal !

Or, les deux entreprises, qui refusent d'embaucher depuis des années font des minauderies sans dévoiler vraiment leurs mesures « incitatives » envers les personnels prêts à sacrifier leur vacances au moment des JO. Elles prétendent que c'est pour ne pas se faire concurrence, mais en réalité, c'est pour en lâcher le moins possible...

SNCF et RATP comptent peut-être sur les bénévoles du Comité Olympique pour faire fonctionner les réseaux de transports ?

Transports et JO

Médaille d’or du racket pour Pécresse

Brève
29/11/2023

La région Île-de-France vient d’annoncer les tarifs des transports collectifs pour 2024. Double coup de bambou en perspective : d’abord dès le 1er janvier, une nouvelle hausse pour tous les usagers. Encore 3 % de hausse sur le Pass Navigo mensuel, après les plus de 11 % de l’an dernier ! Une "hausse modérée", se félicite Pécresse, la présidente de la région… De hausse modérée en hausse modérée, le Pass Navigo est passé de 56 à 86 euros entre 2010 et aujourd’hui. 

Mais c’est pour la période des JO que Pécresse a donné sa pleine mesure : pendant tout l’été, le ticket de métro unitaire va carrément doubler, passant de 2,10 € à 4 € ! Quant au Pass Navigo semaine, il passera de 30 à … 70 € ! Seuls les Navigo mensuels et annuels ne seront pas touchés par ces hausses délirantes. Mais tous les voyageurs occasionnels, qui ne sont pas tous des riches touristes, subiront ce racket pendant une mois et demi. On en oublierait presque que dans le projet qui avait permis à Paris de remporter l'organisation des JO, les transports devaient être... gratuits. 

Les JO sont une vaste machine à faire du fric. La région Île-de-France, visiblement, n’a pas l’intention de s’oublier. Ne dit-on pas que « l’important, c’est de participer » ?