Saint-Denis (93)

Un théâtre pour Jolie Môme

Brève
19/11/2023

Le maire de Saint Denis a tranché "démocratiquement" et décidé tout seul : la compagnie de théâtre Jolie Môme, qui avait transformé et animé le site de La Belle étoile pendant 19 ans, doit quitter les lieux au 31 décembre, pour laisser la place à d’autres. Dernier reproche qui leur est fait : avoir organisé une soirée pour Gaza ! Au moins les choses sont claires.

C’est inacceptable. Il faut soutenir la Compagnie Jolie Môme.

Plus d'explications sur leur site, ainsi qu'une pétition https://cie-joliemome.org/?p=9826

Aubervilliers (93)

Menaces sur les bourses du Travail

Brève
19/11/2023

La mairie d'Aubervilliers a prévu d’utiliser la Bourse du Travail comme n'importe quelle salle communale, en laissant aux syndicats quelques heures de permanence régulières, empêchant de fait les travailleurs de se renseigner, de s’organiser dehors de ces horaires. Une manifestation est prévue le samedi 25 novembre à 10h00 devant la mairie d’Aubervilliers pour dénoncer cette décision.

C'est une menace qui se généralise. D'autres municipalités, comme le Blanc-Mesnil ont déjà fermé des bourses du travail. Ces bourses sont une création ancienne des travailleurs, plus ou moins indépendantes des municipalités. Elles étaient gérées par les syndicats.

Pour que les travailleurs puissent continuer de s’organiser, ils doivent apprendre à ne compter que sur eux-mêmes et ne pas dépendre des financements des municipalités ou de l’Etat. Mais en attendant, ce qui existe doit être maintenu.

Non à la fermeture des Bourses du Travail !

Aéroport Roissy (95)

Dans l'aérien, des patrons qui ne manquent pas d'air

Brève
16/11/2023

Les commentaires sur les sites sont élogieux pour la compagnie Qatar Airways, considérée comme l'une des meilleures au monde au regard de son service de haute qualité. Mais vu par les salariés qui font tourner la boutique, "c’est carton rouge, et même rouge vif".

La compagnie restructure dans le monde depuis plusieurs années. Aujourd’hui, c’est le tour des salariés situés au terminal 1 de Roissy. Elle a décidé un "plan de sauvengarde de l'emploi" (PSE), préférant confier son activité à des sous-traitants, comme le groupe Europe Handling, entre autres. Sans même parler des magouilles avec ces contrats de sous-traitance, la direction a été capable de convoquer des salariés par mail sans évoquer le motif de l’entretien... puis d'annoncer sur place le licenciement du salarié. La direction est à la manœuvre depuis le 20 octobre. Elle a aussi été capable d'embaucher dans le même temps, aussi choquant que cela soit.

Les arrêts de travail se sont multipliés car parmi ses spécialités, il y a les pressions, le harcèlement, jusqu'aux coups de pied aux fesses par le chef d’escale ! Reconnaissant les faits à demi-mot, la DRH a assuré que ce chef suivrait "une formation aux bonnes pratiques managériales".

Derrière la vitrine de Qatar Airways, la réalité d’une direction qui écœure et révolte.

Ariane Group (Les Mureaux,78)

Nouvelle classification, vieux préjugés

Brève
16/11/2023

Chez Ariane, la nouvelle convention s'applique : tous les salariés ou presque ont reçu leur fiche de poste selon la nouvelle convention collective, applicable en janvier prochain. Cette convention a été écrite par les patrons, qui embrouillent tout pour faire oublier l'objectif principal : tirer les salaires vers le bas et rendre plus difficiles les évolutions pour tous. Tout le monde est mécontent des nouvelles classifications. Mais les pires sont attribuées aux postes d'atelier, alors qu'à l'évidence, leur travail est tout aussi indispensable, si ce n'est plus, que les autres.

Encore une fois, les patrons créent une hiérarchie artificielle entre travailleurs. C4, D7, F12 : la désignation des postes selon la nouvelle convention ressemble à une bataille navale.

Il n'est pas question de toucher aux salaires et de couler le pouvoir d'achat des salariés. Se battre tous ensemble pour l'augmentation générale et uniforme des salaires, et qu'ils soient indexés sur l'inflation, c'est la seule bonne réponse.

Argenteuil (95)

L’écart entre les promesses et la réalisation

Brève
09/11/2023

Les travaux du pont de franchissement de la Seine entre Argenteuil et Gennevilliers semblent terminés. Le résultat, c’est la suppression d’une voie dans chaque sens, et une aggravation du franchissement pour les voitures qui n’était déjà pas top avant les travaux. Et pas que…

En juin 2021 pourtant, le journal Les Échos écrivait à propos de ces travaux qui ont duré plus de deux ans : « Le chantier doit notamment comprendre « la remise en peinture de l'intégralité de la structure métallique, la pose d'un nouvel escalier, la création d'une piste cyclable bidirectionnelle et la mise en œuvre d'une signalisation dynamique d'une voie sur les trois, c'est-à-dire que le sens sera modifié en direction de Paris ou du Val-d'Oise, en fonction de l'importance du trafic, le matin et le soir, indique le conseil départemental. » Mais la réalité d’aujourd’hui n’a pas grand-chose à voir avec ce qui était annoncé.

Au vu du pont actuel, oubliée « la mise en œuvre d'une signalisation dynamique d'une voie sur les trois, c'est-à-dire que le sens sera modifié en direction de Paris ou du Val-d'Oise, en fonction de l'importance du trafic, le matin et le soir ». De la même façon, oubliée la réfection de l’escalier conduisant à la base d’aviron et la « piste cyclable bidirectionnelle ».

Le conseil départemental du Val d’Oise a changé d'avis, mais sans le dire aux habitants d’Argenteuil. Ce silence (qui est aussi cela de la municipalité d’Argenteuil) en dit long sur la désinvolture avec laquelle ces gens-là les traitent.