Hôpital Tenon (Paris 20e) :  Poumons en danger

Echo d'entreprise
07/02/2024

En Pneumologie, nous sommes toujours aussi peu nombreux. Il manque la moitié de l’effectif soignant. Parfois, c’est problématique y compris pour aller aux toilettes !

La seule solution c’est d’embaucher, et en nombre.

Baby boss

A la Maternité, nous ne sommes pas assez de sages-femmes et nous sommes sollicitées pour faire plus d’heures, enchaîner des week-end et des jours de semaine…

Depuis des années nous avons pourtant dit au gouvernement qu’il faut augmenter nos salaires et améliorer nos conditions de travail cela permettrait de trouver de nouvelles volontaires !

Inconfortable

Dans nombre de services la direction ne trouve pas d’encadrant.

Cela n’a rien d’étonnant, car se retrouver entre le marteau et l’enclume, pour gérer un sous-effectif chronique, ce n’est pas confortable.

Technicentre Landy (93) :  Croire en nos forces

Echo d'entreprise
01/02/2024

Le 6 février, l’ensemble des Technicentres est appelé à la grève pour le pouvoir d’achat.

D’ores et déjà, nous sommes nombreux à affirmer que nous en serons. La direction n’a pas voulu entendre notre mécontentement, alors on fait bloc !

Plus que de com, c'est du salaire qu'il nous faut

Pour calmer le mécontentement qui monte, la com de la direction (TempsRéel n°4) cherche à nous convaincre que, question pouvoir d’achat, en 2024, nous serions bien lotis.

Le mouvement n’est pas encore commencé que déjà, il donne des inquiétudes à la direction. C’est bon signe.

Ça tourne pas rond

Comme tous les ans, la direction a sorti la galette des rois. Quant au blé, il faudra aller le chercher.

CAF Région parisenne  :  Échelle mobile des salaires

Echo d'entreprise
01/02/2024

Avec la hausse du SMIC au 1er janvier 2024 à 1398,69 € nets, les salaires de certains parmi nous se rapprochent de plus en plus de ce minimum.

Face à la hausse persistante des prix, c’est tous les salaires qu’il faut augmenter d’au moins 300 voire 400 € par mois !

Axa Val de Fontenay (94) :  Tous ensemble

Echo d'entreprise
01/02/2024

Le 6 décembre, nous étions une cinquantaine à nous rassembler pour la hausse des salaires à Val-de-Fontenay, plus d’une centaine à Nanterre, plusieurs dizaines à Marly-le-Roi, Isneauville, Pessac, Balma, Angers, etc.

C’est encourageant pour l’avenir. Seule notre force collective nous permettra d’imposer à la direction de vraies augmentations de salaire pour tous, qui permettent de suivre la hausse des prix.

Affaire non classée

Après la signature de deux syndicats, la direction considère bouclé le dossier NAO. Mais, étant donné la flambée des prix et la faiblesse des augmentations, le dossier augmentation des salaires pourrait être réouvert plus vite qu’elle ne le croit. Qui parmi nous pourrait prétendre que sa place est au placard jusqu’aux prochaines prétendues négociations ?

Le poids des mots

« Toutes ces charges, ça devient lourd », annonce une publicité AXA.

C’est vrai qu’en termes de charges, nous qui portons les actionnaires et les gros dirigeants sur notre dos, nous en connaissons un rayon. Et pour une charge si lourde, le salaire est très, très léger.

RATP Ateliers Championnet (Paris 18e) :  Atchoum

Echo d'entreprise
18/01/2024

À la RATP, il y a les bus sans chauffage, il y a les bus avec chauffage bridé qui chauffent juste assez pour que tu grelottes, il y a les bus qui chauffent à fond, tout ou rien : tu cuis, tu gèles, tu recuis, tu regèles.

Ce n’est pas bon pour les produits congelés, encore moins pour nous.

Prendre les transports, c'est du sport

Les médias se demandent en boucle si les transports seront prêts pour les JO. Pannes de trains, de métros, manque de personnel, attentes prolongées et transports bondés.

C’est tous les jours que les transports ne sont pas prêts pour se rendre au travail, à l’école ou ailleurs.

Hôpital Bicêtre (94) :  Trop plein

Echo d'entreprise
18/01/2024

Le SSPI (réveil après anesthésie) est si plein que cela déclenche un tas de retards. Quand il n’y a pas assez de brancardiers pour remonter les patients dans leur service, on manque de soignants pour s’occuper des malades en phase de réveil, voire aussi de médecins.

C’est fatigant à la fin.

Disneyland Maintenance - Marne la Vallée Chessy (77) :  Outé poupée outé

Echo d'entreprise
12/01/2024

Pendant les vacances de Noël la ministre chargée des personnes handicapées était en visite à Disney. On nous a donc demandé de remettre d’urgence la poupée en fauteuil roulant dans l’attraction « It’s a Small World ».

Tout est dans l’image.

Saint Gobain SGD Sucy en Brie (94) :  Non à la guéguerre

Echo d'entreprise
12/01/2024

Les élections professionnelles commencent dans une atmosphère tendue entre les syndicats. Ils semblent préférer se présenter comme concurrents plutôt que comme alliés.

Dans les futures luttes qu'il nous faudra mener, si nous, salariés, décidons tous ensemble de prendre les choses en main face au patron, les divisions disparaitront.
 

Generali Saint denis (93) :  Et si le luxe c’était l’espace

Echo d'entreprise
12/01/2024

Sur certains plateaux, on est tellement serrés que la cohabitation devient difficile. C'est la direction qui est responsable de cette situation alors pas question de s'en prendre les uns aux autres.

Pour échapper au bruit, allons plutôt prendre un café ensemble.

On marche sur la tête

Les grands directeurs sont installés dans de grands bureaux cossus, au 4ème étage, juste en dessous du restaurant "Le Comptoir", restaurant beaucoup plus chic que notre cantine. Nous, nous sommes tassés dans des opens spaces la plupart du temps dans des étages "inférieurs".

Contrairement à ce qui s'est passé dans le Titanic on est prêt à monter dans les étages supérieurs.

Hôpital Beaujon (Clichy, 92) :  GALÈRE ORGANISÉE

Echo d'entreprise
03/01/2024

D'après une étude de la Direction de la recherche, d'étude, de l'évaluation et des statistiques plus de 6 700 lits ont été fermés en 2022 soit 2 400 de plus qu'en 2021. Ce ne sont pas les 2 591 places en ambulatoire qui les compenseront.

Visiblement, pour le gouvernement, la période Covid appartient à un passé révolu !

LE MONDE À L’ENVERS

Dans tous les services, c’est pareil. On n’est pas assez nombreux, pas assez payés et on travaille trop.

C’est l’inverse qu’il nous faut.