Longuenesse – Pas de Calais

Non à la fermeture d’une classe !

Brève
09/02/2024

Le rectorat a décidé de la fermeture de la classe de CM1 à l’école primaire Georges Sand, sur la commune de Longuenesse. Si cette décision devient effective à la rentrée, en septembre 2024, elle aura de lourdes conséquences pour les conditions de travail des personnels et les conditions d’apprentissage des enfants, les deux étant étroitement liés. Les effectifs, en effet, devraient passer à 31 en CM1 et à 28 CM2 enfants par classe.

La mobilisation s’organise. Une pétition a été largement signée. La grève du 1er février a été l’occasion pour les professeurs et les parents de se réunir pour protester contre cette attaque. Le jeudi 8 février une nouvelle action était organisée par les parents.

Calais

Lycée Vinci : en grève !

Brève
23/01/2024

Mardi 23 janvier, les enseignants du lycée HQE Vinci de Calais étaient en grève contre les suppressions de postes et se sont rassemblés devant le lycée. La grève a été décidée et votée la semaine dernière, suite à l’annonce de six nouvelles suppressions de postes pour la rentrée 2024, soit un total de 20 postes supprimés en 5 ans !

Cela va donc continuer de dégrader les conditions de travail des enseignants et les conditions d’études des élèves : des classes surchargées, quasiment pas de cours en groupes. Le rectorat argue que le lycée a de moins en moins d’élèves. Mais la baisse des effectifs sans perte de moyens pourrait permettre de travailler dans de meilleures conditions et de s’occuper mieux des élèves.

Ce n’est pas la logique du gouvernement, qui fait des économies sur ce qui est utile à la population… et dépense des milliards pour les budgets militaires et les cadeaux fiscaux au patronat.

La mobilisation continue au lycée Vinci puisque les enseignants ont décidé de participer à la grève nationale dans l’éducation du 1er février !

Lutte ouvrière appelle à participer aux rassemblements et manifestations du dimanche 21 janvier pour protester contre la loi immigration, loi antiouvrière.

Brève
19/01/2024

À bas la loi Immigration !

Cette attaque contre une partie de la classe ouvrière est une attaque contre tous les travailleurs. La division qu’elle tente d’introduire ne favoriserait que les employeurs qui feraient davantage pression sur les salaires, les horaires de travail, les conditions de sécurité, et automatiquement, tous les travailleurs en pâtiraient. Les attaques contre les droits sociaux des plus précaires affaibliraient l’ensemble des travailleurs, des chômeurs. Les mafias du logement et de la drogue en seraient renforcées, au détriment des quartiers populaires. Au contraire, l’unité de la classe ouvrière est une force, et la diversité des origines et des expériences est une richesse.

Lieux et heures de manifestations dans la région :

LILLE Dimanche 10H30 Grand Place

Boulogne sur Mer: Dimanche 11h Chambre de Commerce

Cambrai: Dimanche 11h Sous-Préfecture

Douai: Dimanche 10h30 Place d'Armes"

Calais

Licenciements à Catensys (ex-Schaeffler)

Brève
19/01/2024

La direction de l’usine Catensys, qui emploie 250 personnes sur le site de Calais, a annoncé 73 licenciements, d’ici à 2025. Les justifications de la direction, que ce soit la transition vers les véhicules électriques, les « réglementations » ou la « concurrence », ne sont que des prétextes visant à faire accepter la situation aux travailleurs.

En réalité, avec les profits accumulés depuis des années sur l’exploitation des ouvriers, il y aurait largement de quoi maintenir les emplois et les salaires de tous !

Pour les travailleurs, avoir un emploi et un salaire, c’est vital. Cela devrait passer avant les profits des actionnaires qui se gavent sur toute la société.

Calais

Grève à la Clinique des 2 Caps !

Brève
19/01/2024

Jeudi 18 janvier, une partie des travailleurs de la Clinique des 2 Caps, qui emploie 180 personnes, était en grève pour la première fois de toute l’histoire de cette clinique ! Une cinquantaine d’entre eux a manifesté pour exprimer son ras-le-bol des bas salaires et des conditions de travail qui se dégradent. Ils revendiquent 100 euros d’augmentation de salaire pour tous et dénoncent le manque de moyens pour soigner correctement. Une gréviste a déclaré : « Ce n’est plus une clinique, c’est une usine ! On traite les patients comme on traite du bétail ! ».

Face à des patrons dont le seul objectif est de faire le profit maximum, la grève et la manifestation sont les seuls moyens pour les faire reculer !