Marseille - Algérie

La matraque et le mépris.

Brève
01/06/2022

La queue devant l'agence.

Depuis une quinzaine de jours les réservations de billets de passage en ferry vers l’Algérie ont été rouvertes par la compagnie Algérie Ferries, puis quelques jours plus tard par la compagnie Corsica Linea.

Ces réservations étaient fermées depuis deux ans. Nombre d'Algériens n’étaient plus rentrés chez eux depuis. Du fait de l'ouverture tardive des réservations, un afflux de demandes a été massif, saturant l’accès par internet qui a du coup été fermé.

Les demandeurs de toute l’Europe ont alors été renvoyés vers l’agence Marseille, vite débordée.

Ni l’agence marseillaise d’Algérie Ferries, ni les autorités locales n’ont essayé d’organiser un accueil digne. Un grand nombre de voyageurs se sont retrouvés devant les portes de l’agence, avec une ouverture au compte-goutte des bureaux. Et cela sans eau, sans toilettes, obligés pour certains de dormir dans la rue. Pour pimenter cela un bruit courait sur les tarifs des billets de passage : aller-retour d’une famille de deux adultes et deux enfants plus une voiture auraient atteint la somme de 4000€.

Des échauffourées ou des tentatives de forcer les portes de l’agence, inévitables dans ces conditions, s’y sont produites.

La seule réponse des autorités françaises : l’intervention de la police qui a gazé les gens qui refusaient de sortir après avoir fait, pour certains, la queue pendant des jours !

La force des travailleurs, c'est la grève !

Brève
28/04/2022

Quand les ordures ne savent pas où aller.

Pendant la féria de cette année, les travailleurs se sont fait respecter. Ils se sont mis en grève dés jeudi, et pour bien montrer leur colère, ils ont déversé des tonnes de déchets sur la place de la Mairie. Sacrilège, cela n'était pas le moment : ces trois jours de fête où les affaires battent leur plein !

Depuis longtemps le Maire (Président de l'AACCM) refusait les discussions sur les revendications, avec les représentant syndicaux : - les employés craignent une privatisation, ne veulent plus de contrat de huit ou quinze jours, le non remplacement des personnes parties à la retraite ; ils veulent des conditions de travail correctes.

Coup de tonnerre dans la ville : les élus, les représentants des patrons, crièrent à la prise d'otage. Quelques élus, bien connus pour leurs déclarations incessantes et réactionnaires, ne craignant pas le ridicule, commencèrent à enlever les déchets eux-mêmes... Juste le temps d'une page de pub.

En fin de journée, le Maire annonça qu'il était prêt à recevoir une délégation dés mardi : c'est cela le miracle de la grève. Les travailleurs ont mille fois raison d'utiliser le seul moyen dont il dispose pour se défendre. Rien n'est réglé pour le moment : s'ils ont accepté de suspendre la grève pendant la Féria, ils la gardent sous le coude car c'est leur seule arme pour défendre leurs intérêts et leurs droits.

Atalian -Airbus

Une bataille courageuse

Brève
08/04/2022

En grève.

Toujours plus de travail, un vestiaire ou des sanitaires en plus à nettoyer, des tournées à rallonge.

Au début de la pandémie, les femmes de ménage avaient dû faire grève pour obtenir des gants, et certains intérimaires n’avaient ni blouse ni chaussures de sécurité. Pendant la pandémie, l'entreprise avait facturé au donneur d'ordre Airbus des travaux dits «spéciaux» qui étaient bien sûr plus risqués mais les femmes de ménage n'en avaient pas vu la moindre miette.

Las de cette expectative de la direction, les travailleuses et les travailleurs du nettoyage s'étaient rassemblés à 6heures le matin du 4 avril pour distribuer à toutes les entrées d'Airbus un tract expliquant leurs revendications, rencontrant un bon accueil.

Quand la direction a envoyé d'abord les gardiens puis la police pour les sommer de partir, la réponse a fusé : « Si la direction veut que nous partions, qu’ils nous donnent satisfaction. »

Et même si le travail a finalement repris après avoir obtenu 25 centimes de plus par heure, il n'en reste pas moins que les femmes de ménage s'estiment bernés par ces négociations au sommet.

Marseille les Puces

L'insulte comme programme

Brève
03/04/2022

Le plus important marché de Marseille.

Des dizaines de commerces de fruits et légumes, une des plus importantes poissonnerie de Marseille, plusieurs boulangeries et pâtisseries, une dizaine de restaurants, plusieurs grandes surfaces de boucherie, de produits méditerranéens, c'est tout cela qui fait le succès du marché aux Puces de Marseille.

En outre tout le long de la rocade sur deux lignes une multitude d'étals se succèdent jusqu'au métro Gèze. Là tout est à un Euro, voire moins. Et c'est la seule possibilité pour une population pauvre de s'en sortir en vendant la moindre nippe et le moindre objet usagé.

Loin bien sûr d'être choqué et indigné par la misère à laquelle tant de gens sont réduits, Éric Zemmour, venu s'y montrer, les a dénoncés et insultés. Il a stigmatisé les Puces comme une taverne de brigands et un repaire de voleurs, un refuge de clandestins. Il n'a que mépris pour la classe ouvrière marseillaise, toutes ces femmes de ménage, toutes ces employées, tous ces soudeurs, ajusteurs, échafaudeurs, maçons, ouvriers portuaires et chauffeurs poids lourd, toutes ces familles qui fréquentent régulièrement les Puces afin d'y faire les courses de la semaine. Il faut dire que cette visite était guidée par un des suppôts de l'extrême droite locale dont, comme lui, le principal fonds de commerce est la phobie des immigrés...

Une bonne idée à creuser

Brève
30/03/2022

Le ferry Méditerranée, havre d'accueil.

Voici réalisé un bon accueil pour des réfugiés. Ainsi il est possible d'accueillir des familles dans de bonnes conditions . Voici des femmes et des enfants ukrainiens logés dans des cabines bien équipées sur le "Méditerranée". Ils pourront manger au restaurant, envoyer les enfants à l'école dans l'un des vastes espaces du bateau, profiter de tous les aménagements du ferry.

C'est bien ce qui aurait du être offert à ces réfugiès du sud fuyant la guerre, la faim et l'esclavage qui traversent la Méditerranée sur de fragiles esquifs et dont un bon nombre se sont noyés ou que l'on a laissés des jours entiers entassés sur les navires venus les secourir.

En effet, il y a encore de la place disponible : voyez ces navires de croisières qui attendent dans le port de Marseille avec leurs milliers de cabines et leurs aménagements de qualité ! Mais ces grandes sociétés de croisieristes n'ont d'yeux que pour leur tiroir-caisse...