Industrie d’armement – Loire

Les vautours

Brève
07/11/2023

            Après la visite en octobre dernier du ministre des armées Sébastien Lecornu à Roanne sur le site de Nexter, c’est le marchand d’armes stéphanois Verney-Carron qui annonce avoir signé un contrat de 36 millions d’euros avec une entreprise d’État ukrainienne. Il s’agit de lui fournir 10 000 fusils d’assaut, 2 000 fusils de précision et 400 lance-grenades, avec un financement ficelé par les États ukrainien et français.

            À Nexter, Lecornu avait déclaré « le canon Caesar est un produit, dont l’armée ukrainienne a donné une visibilité mondiale ». L’Ukraine, terrain de bataille entre la Russie et l’OTAN, est ravagée par la guerre, les morts ukrainiens et russes sont des centaines de milliers. Les profits des Nexter et autres Verney-Carron se porteront bien eux, avec l’argent public et le service commercial des ministres !

 

 

STMicroelectronics - Crolles et Grenoble

Cachez cette discrimination que je ne saurais voir

Brève
04/11/2023

Rassemblement lors d'un débrayage en 2020 (Photo LO)

Dix salariées de STMicroelectronics, entreprise de semi-conducteurs, voient l’aboutissement d’un combat juridique de huit ans se concrétiser par la condamnation en cour d'appel, de leur direction qui devra leur verser 800 000 euros d’indemnités en réparation de préjudice professionnel et moral, pour discrimination salariale liée au sexe. Il restera à fixer le montant pour rappel de salaire et d’éventuelles promotions.

En 2015, suite à la fuite d’un fichier des Ressources Humaines contenant les salaires des travailleurs du site de Grenoble, onze salariées, six ingénieures et cinq opératrices et techniciennes, toutes représentantes du personnel CGT, avaient saisi les prud’hommes pour inégalité salariale, de l'ordre de 16 à 20 % en faveur de leurs collègues hommes. Une des salariées, juge prudhommale, fait l'objet d'un jugement à part et est en attente.

Ce jugement est une victoire quand on sait qu'il a fallu attendre des années et un recours devant la justice pour simplement obtenir de la direction des documents permettant la comparaison genrée des carrières.

Même si chacune s'attend à une saisie par l'employeur de la cour de cassation, elles espèrent que d'autres femmes oseront, elles aussi, dénoncer les discriminations qu'elles subissent.

MRL – Saint-Just-Saint-Rambert (près de Saint-Etienne)

Une dégradation annoncée

Brève
26/10/2023

     Quand la direction de la MRL (Maison de Retraite de la Loire) – plus grosse maison de retraite de la région – a annoncé cet été qu'elle supprimerait 20 postes d'ici la fin d'année, personne n'a été surpris.

     Depuis plusieurs mois, le personnel se mobilise pour dénoncer les conditions déplorables des résidents. Comme dit une militante CGT, en débrayage ce jeudi 26 octobre : « On finit la journée à genoux. Et ils ont embauché un "costkiller" à 300 000 euros pour 5 mois. Ils font des économies sur notre travail pour payer ce gars ». La direction fait diversion en proposant de mieux organiser les journées mais cela fait grincer des dents.

     Alors, seule la mobilisation des salariés et de la population peut mettre un frein aux sales coups annoncés.

Lyon, Gerland

Expulsion du squat Pyramide : « on ne quittera pas cet endroit ! »

Brève
24/10/2023

Rassemblement contre l'expulsion du squat le 7 septembre 2023

            Depuis un mois, plus de 250 hommes, femmes et enfants habitant le squat Pyramide se mobilisent pour protester contre une menace d’expulsion. Non contente de les priver de papiers et de les empêcher ainsi de trouver un travail et un logement stable, la préfecture veut maintenant les jeter à la rue. La mairie de Lyon, dirigée par l’écologiste Grégory Doucet, refuse d’intervenir et a poussé le cynisme jusqu’à conseiller aux expulsés d’ouvrir de nouveaux squats.

            Tous deux agissent à la demande d’Alain Taravella, capitaliste de l’immobilier et 118ème fortune française d’après le magazine Challenge. Il a laissé le bâtiment à l’abandon pendant des années et veut maintenant le récupérer, mais ce n’est certainement pas pour y construire des logements sociaux ou des hébergements d’urgence !

            Pour imposer le droit au logement des travailleurs, il faudra exproprier ces parasites.

Lyon – Hôpital Edouard Herriot

Tout beau tout nouveau… en théorie !

Brève
22/10/2023

Le personnel des urgences de l'hôpital Edouard Herriot en grève en 2018

     La direction de l’hôpital a annoncé l’ouverture du nouveau pavillon N urgences rénové à grands coups de publicité relayée par les médias.

     Elle vante une nouvelle organisation beaucoup plus performante avec 50 box prévus pour 250 passages journaliers attendus. En fonction de l’urgence et des pathologies, six filières sont mises en place. Le but est de gérer les flux en réduisant les durées d’attente et les tensions en évitant les bouchons.  Et il y aura partout des caméras qui surveillent.

     Tout est tellement beau ! Mais pour que la machine ne s’enraye pas, encore faudrait-il qu’il y ait suffisamment de personnel, et de lits pour les malades qui devront être hospitalisés suite à leur passage aux urgences. Et ça, ce n’est pas gagné, car c’était bien la principale cause des attentes aux urgences.