Michelin condamné

La réalité derrière la façade reluisante

Brève
18/01/2022

Le siège social, place des Carmes à Clermont-Ferrand

Pendant plusieurs années une pilote de la compagnie privée d’aviation de Michelin avait subi par ses supérieurs hiérarchiques, mesures discriminatoires, remarques obscènes, gestes déplacés, évaluations à charge… Elle avait alerté sa direction, ayant même un entretien avec Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin durant ces années. Mais rien n’avait changé.

Elle avait fini par craquer et tomber en dépression. En 2017, l’entreprise la licenciait pour inaptitude.

En 2020, elle avait obtenu la condamnation de son employeur aux prud’hommes pour discrimination sexuelle, harcèlement moral et sexuel, licenciement abusif. Mais celui-ci avait utilisé tous les recours possibles. Pourtant, après quatre années de procédures judiciaires, la cour de cassation vient de débouter Michelin. Le groupe est définitivement condamné.

Michelin se prétend une entreprise vertueuse notamment dans la lutte contre les discriminations et le harcèlement. Mais, quand elle est mise en cause publiquement, elle retrouve sa vraie nature : tout faire pour essayer de disculper ses responsables, au détriment des salariés.

Les dernières brèves